• Webdesign
  • UI / UX Design
  • HTML5 / CSS3
  • JAVASCRIPT

Contact

Situation professionnelle

En poste
Ouvert aux opportunités

Blog DoYouBuzz - Medium

Nouveautés, témoignages, conseils & astuces sur l’utilisation de DoYouBuzz - Medium

https://medium.com/blog-doyoubuzz?source=rss----b54a54046601---4
Web2day : Bilan de l’édition 2015
10 févr. 2017

Web2day

Bilan de l’édition 2015

L’édition 2015 du Web2day étant terminée, l’équipe de DYB s’est réunie afin de faire un petit bilan de ce bel événement et de le partager avec vous.

Les conf’ qui ont fait l’unanimité

Spektrum : une poutine made in Québec

Elle restera incontestablement notre conférence préférée du Web2day : super dans la forme comme dans le fond ! Georges Saad et François Lanthier Nadeau ont fait une présentation extrêmement efficace et dynamique.

https://medium.com/media/7ce123d25224586008eab2fcf012b651/href

L’approche de la boîte est fantastique (garder l’offre inférieure à la demande pour être très sélectif dans les projets ou 4 jours de travail par semaine pour les projets clients, c’est tellement évident !)

La présentation de leur entreprise et de leur philosophie est bluffante.

De cette philosophie hyper dynamique, il faut retenir :

  • La forte exigence dans la composition de leur équipe
  • La grosse sélection opérée sur les projets acceptés
  • Une croissance extrêmement mesurée
  • Le lancement de projets et startups annexes

Pour résumer, c’est une culture très proche de DYB mais avec un peu d’avance !

Bref, c’était une très belle poutine ☺!

On espère que les agences web nantaises sauront s’en inspirer pour tout défoncer (même si certaines s’en approchent déjà).

NodeJS, microservices, temps-réel et philosophie de développement en JavaScript de François-Guillaume Ribreau

Un très bon retour d’expérience sur les microservices : belle présentation, discours super clair et plein de bon sens. Le genre de présentation parfaite pour se motiver. Et pour le détail : les slides claquaient pas mal ☺.

La conférence Startup Story Capitaine Train

La startup était déjà en terrain conquis. Toute l’équipe apprécie cette appli depuis les débuts. Nous avons notamment apprécié le discours global, leur vision précise et pertinente de l’UX. Ce fut une bonne piqûre de rappel sur de bonnes pratiques et pour Thomas, fan incontesté de cette startup, un rêve devenu réalité.

https://medium.com/media/3e3cb8829669aa26f9d80dccf039d59e/href

Les conf’ tech qu’on a appréciées

La technique de la bulle par Capitaine Train
Même si ce n’est pas du tout ce à quoi on s’attendait (Thomas et Jérémie songeaient à des mécaniques de refactorisation de code global, pas à une technique spécifique sur Git), le contenu était intéressant et pertinent.

Make sense of your (BIG) data! par David Pilato
Une présentation rodée, qui vous explique les possibilités d’Elastic en très peu de temps. Le genre de conférence parfaite pour avoir en direct une présentation d’une techno. D’ailleurs celle-ci nous intéressait particulièrement puisque l’équipe songe à l’intégrer à DoYouBuzz.

Webperf 2.0 par Stephane Rios
Un étude des connaissances sur les performances, avec une mise à mort de vieilles pratiques qui deviennent obsolètes avec l’évolution des technos.

En aparté

Erwan est allé voir “Comment gérer l’hyper-croissance” et a trouvé la conférence intéressante, bien que c’était un peu convenu. Mais cela fait du bien de voir une discussion sur la croissance qui tournait autour de l’humain et pas uniquement du cash.

On a bien sûr beaucoup apprécié Hack the HR de notre ami Vincent Rostaing. On a pu voir des formats innovants et beaucoup de discussions ouvertes et intéressantes. C’était top ;)

Une des conf’ avait également un statut à part. Il s’agit de L’état des menaces contre nos droits et libertés sur internet par Guillaume Champeau. Une explication simple et une véritable sensibilisation aux risques de la surveillance sur Internet. Comme le dit Simon Robic, cette intervention est “essentielle pour comprendre dans quel monde nous vivons aujourd’hui”.

Enfin une partie dédiée aux techos !

Ça fait du bien de voir que le Web2Day n’est pas que pour les CEO/Marketing et qu’il pense aussi aux techos.
On avait beaucoup regretté cette absence lors des éditions précédentes.

Les conférences tech étaient cependant très inégales. Cela manquait un peu d‘homogénéité au niveau de l’expertise et certaines conférences étaient hors sujet par rapport à la thématique web de l’événement. Mais bon, cela restait malgré tout enrichissant.

Pour conclure

Encore une fois, l’organisation était impressionnante. L’équipe du Web2day est même parvenue à faire encore mieux que les années précédentes. Pour l’édition 2015, l’événement s’est déroulé dans 3 bâtiments en même temps (Stéréolux, Trempolino et Atlanbois). On a pu croiser une armada de bénévoles et de community manager qui ont super bien bossé. L’espace co-working était également un vrai plus.

Bien sûr, tout ne peut pas être parfait☺. Nous avons regretté quelques tous petits détails…

  • Les descriptions de certaines interventions du Web2day étaient parfois trompeuses. Nous étions par exemple venus voir la conférence “la technique de la bulle de Capitaine Train” en pensant qu’ils parleraient de refactoring alors que finalement toute l’intervention parlait des process d’utilisation de Git…
  • Nous avons aussi regretté que certains speakers parlent davantage des faiblesses des autres solutions que de leur propre techno… Certains sujets intéressants ont également été noyés par la promotion de la boîte du conférencier.
  • Comme le dit Jérôme Morel, après avoir intégré la partie Tech au Web2day, il manque encore quelque chose : la partie commerciale. Un élément essentiel et trop souvent oublié pour les startup en devenir. Verra-t-on un Sales2day un jour ? ☺

Pour conclure, il y en avait vraiment pour tous les goûts ! On avait vraiment le sentiment d’être dans un événement ouvert à tous et à tous les métiers. Cela permettait d’engager des discussions intéressantes et inattendues en dehors des conf’. On pouvait passer de thématiques assez techniques à des sujets plus artistiques ou prospectifs et on se sentait vraiment dans un festival web global. Good job !

Pour finir, une petite mention spéciale aux différentes soirées organisées qui ont ponctué le Web2day. Ludovic y a parfaitement représenté l’équipe ;)

C’est sûr, DoYouBuzz participera au Web2Day2016

Web2day : Bilan de l’édition 2015 was originally published in Blog DoYouBuzz on Medium, where people are continuing the conversation by highlighting and responding to this story.

Voir l'article
Chronique d’une recherche de stage
10 févr. 2017

Quoi de mieux pour démarrer mon stage chez DoYouBuzz que de vous compter les démarches qui m’ont conduite dans cette fine équipe ?

Plan d’attaque

Ma recherche de stage pour la fin d’année a débuté comme beaucoup d’autres étudiants au mois de février.

Je me suis inscrite sur tous les réseaux sociaux professionnels et j’ai créé un CV plus beau et plus accrocheur que l’ancien.

En parallèle, j’ai essayé de me faire de nouveaux contacts, sans oublier de relancer mes anciennes relations.

J’ai donc reparlé à des gens que j’avais connu à l’école et qui d’ailleurs, ne se souvenaient pas nécessairement de moi…

J’ai recontacté un ancien collègue d’un travail saisonnier. Ce dernier s’est montré très/trop enthousiaste (et ça m’a mis un peu mal à l’aise).

“ Je connais untel, untel, et lui aussi ! Je les contacte. ”

Et puis sans aucune explication, cette personne ne m’a plus donnée de nouvelles. Plus rien. Très étrange…

Et enfin, chaque jour, j’ai consulté les sites d’emploi.

Jeter des bouteilles dans Internet

Et c’est après avoir franchi toutes ces étapes qu‘a commencé réellement la quête d’un stage parfait. J’ai commencé par le plus simple, en demandant un stage à l’entreprise pour laquelle je travaille bénévolement depuis deux ans. Ils ont dit oui. Puis non. Puis peut-être.

“ Tu devrais peut-être chercher ailleurs. Tu comprends, en ce moment c’est compliqué. ”

Un peu vexée, j’ai décidé d’envoyer mon CV dans différentes boîtes de référencement et rédaction web sur les conseils de mes profs.

Résultat : réponses froides, impersonnelles, sans queue ni tête:“ Vous n’avez pas le profil web ” (Ah bon ?), ou tout simplement aucune réponse.

A force d’éplucher les petites annonces, je suis tombée sur des offres de stages de plus de trois mois, qui auraient pu intéresser les troisièmes années de mon école. Dont celle-ci :

Je veux ce stage !!!

Pour cela, j’ai écrit une bonne lettre de motivation, du moins, j’ai essayé.

Au fond, qu’est-ce qu’écrire une bonne lettre de motivation ? D’après l’intervenant un peu borné de mon école, c’est suivre un schéma très précis :

  • Commencer sa lettre par “Madame” ou “Monsieur”, se présenter et rappeler son parcours succinctement.
  • Parler de l’entreprise en terme plutôt élogieux, puis parler de ce que l’on va apporter à l’entreprise (et inversement).
  • Se définir en quelques qualités ennuyeuses … “sérieux” … “motivé” … “consciencieux”
  • Et finir par une phrase indigeste comme : “ Dans l’espoir que ma candidature retienne votre attention, veuillez croire, Madame, Monsieur, en l’assurance de mes salutations distinguées. “

En conclusion, faire une lettre de motivation comme tout le monde. Mais alors … comment peut-on convaincre un recruteur, si la lettre censée nous distinguer suit un modèle uniforme ?

Contrainte d’en rédiger une avec ce modèle, j’ai tout de même décidé de mettre en avant mon blog et mes activités web extrascolaire tout en évitant de mentionner des qualités qui ne me ressemblaient pas.

Puis j’ai envoyé ma candidature. Qui ne tente rien n’a rien ! En parallèle, j’ai écrit à plusieurs agences de communication web et des agences digitales qui me plaisaient plus ou moins. Surtout moins en réalité. Mêmes réponses, mêmes résultats : la panique. Envois de CV à la pelle à tous les recruteurs, tout en contactant sans relâche des personnes sur Viadeo. Toujours rien sous le soleil.

Un matin grisâtre, un message Viadeo m’a redonné espoir:

“Bonjour Gaëlle,
Je suis Monsieur XY de l’entreprise Bidule. Je suis ravi que tu aies accepté ma demande sur Viadeo.
J’ai lu ton profil, et j’ai vu que tu étais en recherche de stage. Parle-moi de toi, de tes études et tes projets.”

Consciencieusement, j’ai répondu à ce monsieur. Attendant sûrement qu’un miracle se produise.

Un miracle bien éphémère et une réponse qui m’a laissée sans voix.

“ Tu es très intéressante et intelligente. Et si je puis me permettre, tu es merveilleusement charmante sur ta photo de profil… ”

Mes espoirs de stage s’effondrent une nouvelle fois, et mon côté féministe se réveille. Si je ne me retenais pas, je lui dirais bien d’aller au diable.

Ma candidature à DoYouBuzz

Nouvel espoir avec ce mail: “Gaëlle, rencontrons-nous” … Je n’en crois pas mes yeux. Enfin ! Je l’ouvre pleine de joie et … UN SPAM ? Flûte, flûte et reflûte. Il faut vraiment que je change de messagerie.

Très bien, puisque je n’ai pas de chance, et que j’en ai assez des fausses joies, je vais me faire un chocolat chaud. Je décide donc de fermer mon ordinateur et de ne pas l’ouvrir pendant au moins une journée.

Emmitouflée dans un plaid, en pleine déprime, je regarde des épisodes de Homeland. Il faut que j’oublie un peu tout ce micmac, sinon je vais devenir dingue.

J’ai tenu un quart d’heure. J’ouvre ma boîte mail, et là encore une fois je peux lire : “Rencontrons-nous”. Cette fois, c’en est trop. Ils vont arrêter de m’embêter avec leurs courriers indésirables!

Je bouillonne, et je l’ouvre pour mieux l’envoyer à la corbeille. Mais cette fois ci, ce n’est pas un spam …

Dans ma tête s’engage une discussion :

“ J’ai une réponse pour un stage !
- Calme-toi direct ma grande, tu me fais peur. C’est juste un premier mail.
- Regarde, regarde mon profil leur plaît !
- Ne t’emballe pas. Réponds-leur déjà.
- JE STRESSE !
- Je viens de te dire de ne pas t’emballer.
- JE SUIS CALME. Bon, je dois répondre. Qu’est-ce que je vais mettre ?”

Dix essais de mails plus tard … je l’envoie enfin.

Après plusieurs danses de la joie, je crois que tout Nantes est au courant que j’ai un entretien chez DoYouBuzz.

Le jour J …

Jour J : Qu’est ce que je vais bien pouvoir porter ? Je vais jouer la sécurité, avec ma robe porte-bonheur.
H — 2 : Je revérifie l’itinéraire une treizième fois. Il ne faut pas que je sois en retard.

J’arrive devant les bureaux … avec une demi-heure d’avance. Je me demande réellement comment je fais pour toujours être avance dans mon retard. Je m’assois sur un banc et j’attends.

15:50 : Je décide de rentrer dans les bureaux. J’escalade les marches, tout en loupant la première et j’arrive devant la porte.

Je frappe, j’ouvre et je tombe sur un jeune homme qui me sourit.

“Bonjour, je viens pour l’entretien avec DoYouBuzz.”
“C’est ici !” répond une autre voix.

Allez Gaëlle, respire, ça va bien se passer.

Après un café/entretien dont je suis sortie satisfaite, Ludovic m’a dit “On te recontactera dans la semaine.”

Une petite heure après j’étais rappelée pour faire un essai.

Me voilà donc aujourd’hui à vous relater cette histoire et faire un bilan de ma recherche de stage. Après coup, je me rends compte que les éléments qui m’ont permis de sortir du lot furent certainement :

La lettre de motivation, dans laquelle j’ai inséré des mots-clefs marquants et où j’ai pu parler de mon investissement en tant que blogueuse, qui collaient parfaitement avec le stage proposé.

L’entretien, où j’ai pu échanger sur moi, mes envies, les attentes de l’entreprise et son histoire sans rapport de force et en toute simplicité. Un échange enrichissant, où j’ai pu parler aussi bien de mon parcours que de mes passions et de mes activités.

Et quand j’ai pu leur prouver mon envie et mes compétences au travers d’un exercice de rédaction et d’investigation, dont cet article.

Je dirais que pour trouver un stage, il faut avant tout faire comprendre dès le début à l’interlocuteur que vous êtes opérationnel, autonome et que vous avez une réelle envie d’apprendre.

N’hésitez à montrer qui vous êtes et ce que vous valez.


Chronique d’une recherche de stage was originally published in Blog DoYouBuzz on Medium, where people are continuing the conversation by highlighting and responding to this story.

Voir l'article
La sélection des conférences Web2Day par l’équipe de DoYouBuzz
10 févr. 2017

Depuis 5 ans déjà, l’équipe de DoYouBuzz assiste pour son plus grand plaisir au Web2day, le festival des nouveaux usages du web et des innovations numériques .

A la veille de l’édition 2015 chaque membre de l’équipe a déjà fait sa petite sélection de conférences. Comme on est dans le partage, on a décidé de vous en faire part ci-dessous :

Jérémie Pottier

co-fondateur et directeur produit aka l’Architecte

Le mercredi

Can algorithms save the world? à 9h45
Parce que l’informatique peut faire mieux qu’optimiser des ROI, et parce que l’intervenant travaille concrètement sur le sujet.

Make Sense of your (BIG) data! à 15h30
Pour se renseigner sur une techno qui intéresse DoYouBuzz.

Le jeudi

Born to Code à 09h20
Pour entendre le témoignage de gens qui innovent de manière utile (mais je couperai certainement à la moitié pour passer à Maintaining a Delightful Experience at Trello à 9h30 parce que quand une UX Designer d’un super produit vient vous parler de son métier, on vient et on écoute!)

Do More Faster à 10h50
C’est une conférence sur l’exécution dans les startup, importante pour mon travail. Je vais y aller avec une petite crainte d’être déçu et d’entendre des choses déjà connues.

Le design génératif à 14h00
Par curiosité.

Le vendredi

Drones for Good Vs. The 3 metrics of a Saas Business à 12h00
Scission avec moi-même entre un sujet que je ne connais pas du tout et que j’aimerai découvrir et un que je connais bien mais qui pourrait peut être m’apprendre quelque chose.

Médias et algorithmes à 15h00
Pas encore de description mais sujet passionnant (pour le meilleur et pour le pire).

Über-isons la RH pour son bien (et pour changer le monde du travail) à 16h00
Parce que ça nous concerne directement à DoYouBuzz.

Thomas Belin

Front End Developer de génie et rameurs à ses heures perdues.

Le mercredi

Tour d’horizon des DevTools à 9h45
Par curiosité pour savoir comment d’autres utilisent ces outils.

Hipsters & Functional Reactive Programming à 10h45
La programmation fonctionnelle c’est l’avenir du front-end Dude !

Le jeudi

Do More Faster à 10h50
Le titre a piqué ma curiosité (bien que j’ai peur d’être déçu).

La technique de la bulle à 10h30
Parce que… Capitaine Train ♥ !

Startup Story #4 : RozoFS à 12h00
J’apprécie la boite et leur produit.

Ludovick Sauvaget

Webdesigner, FrontEnd Développeur, la douceur à l’état brut.

Le mercredi

La création avance : 8 tendances visuelles de 2015 à 9h30
C’est une source d’inspiration potentielle.

L’entreprise libérée à 12h00
DoYouBuzz est une entreprise libérée, il est donc pertinent d’aller à cette conférence.

Le jeudi

Science-fiction et interaction à 13h15
De la SF et de l’UX, ça a du sens. J’espère que ça ne sera pas trop “bateau”.

Le design génératif à 14h00
Du dev de webdesign, tout ce que j’aime.

Julien Maleinge

Co-fondateur, business developper alias Julien Pitt

Le jeudi

Science-fiction et interaction à 13h15
Bah… parce qu’il y a le terme “Science-fiction” dans le titre !

L’humain connecté, réalité et science-fiction à 14h00
Ce sujet d’actu m’intéresse pour ses possibilités infinies, ainsi que pour Geoffrey Dorne qui est speaker sur le sujet et dont j’apprécie le blog.

Le vendredi

Hack the HR à 16h00
D’une part pour l’animateur, et d’autre part pour les sujets traités qui sont totalement en phase avec DoYouBuzz.

Eric Cambray

Directeur technique & Po from hell

Le mercredi

Hipsters & Functional Reactive Programming à 10h45
Car le nom est cool !

L’entreprise libérée à 12h00
Tout simplement parce que DoYouBuzz est une entreprise libérée.

Le jeudi

An end to end modular architecture at the BBC à 13h15
Cela a l’air intéressant, surtout que bon déjà, c’est la BBC et le speaker à l’air captivant.

Les marchés francophones : Québec et Afrique à 15h45
Pour voir ce qui se passe ailleurs qu’à la Sillicon Valley.

Le vendredi

Webcam porno : modèle freemium et mutualisation du paiement à 9h30 Parce que je suis un lecteur du “LeTagParfait”, le magazine web du speaker.

Ludovic Simon

CEO & hapiness master

Le mercredi

Les nouveaux entrepreneurs des médias à 14h30
Le fondateur de Usbek & Rika, un magazine que j’apprécie.

Le jeudi

Les marchés francophones : Québec et Afrique à 15h40
L’entrepreneuse africaine est inspirante et c’est une bonne occasion d’avoir un point de vue que j’imagine très différent du nôtre.

Le vendredi

Quand les marques deviennent des médias à 10h15
L’histoire de Dorcel, c’est un sujet étonnant.

How to build the next unicorn? à 12h45
Le CTO d’Event Brite, ça mérite le coup d’oeil.

Employee journey vs Customer Journey à 14h00
La conférencière a l’air captivante et le sujet est très intéressant.

Über-isons la RH pour son bien (et pour changer le monde du travail) à 16h00
David est une connaissance, je suis curieux de connaître sa vision de cette problématique.

Restitution de l’évènement HacktheHR à 17h20
Par envie d’avoir la synthèse du WEB2DAY.

Toute l’équipe de DoYouBuzz ira voir:

Le mercredi

Startup Story #2 : Capitaine Train à 12h30
Parce qu’on adore cette start-up et le discours du CEO est appréciable.

Le jeudi

Maintaining a Delightful Experience at Trello à 9h30
Pour en apprendre davantage sur Trello, un service très puissant utilisé par l’équipe DoYouBuzz.

Spektrum: une poutine Made In Quebec à 11h20
Parce que le sujet relation client/boîte de développement nous semble peu souvent abordé et qu’ils ont l’air avoir un retour d’expérience intéressant.

Le vendredi

From 30k Feet à 11h20
Ancien graffeur, ce mec est devenu UX designer, à voir, pour apprendre quelque chose sur le design (et le “Wired Magazine”) et pour avoir un retour sur une expérience peu banale.

Ma startup décolle, comment gérer l’hyper croissance à 15h30
Pour satisfaire l’envie de mieux connaître l’histoire d’iAdvize, nos copains.

En espérant que cette sélection vous sera utile,

N’oubliez pas que si vous n’avez pas la chance d’avoir vos places pour le Web2Day, vous pouvez suivre les conférences en direct depuis le site web.

Et vous, qu’allez-vous voir au Web2Day?


La sélection des conférences Web2Day par l’équipe de DoYouBuzz was originally published in Blog DoYouBuzz on Medium, where people are continuing the conversation by highlighting and responding to this story.

Voir l'article
L’évolution de la page d’accueil de DoYouBuzz
10 févr. 2017

Depuis l’annonce du lancement de notre plate-forme de création de CV en 2007, ce sont pas moins de 8 pages d’accueil qui se sont succédé. Ces différentes réalisations mettent en lumière l’évolution de notre style, mais aussi de nos réflexions sur la façon de présenter DoYouBuzz : “Comment mettre en avant les objectifs de notre service, les bénéfices de notre produit, ses fonctionnalités phares, son ergonomie… ?”.

En d’autres termes comment dire que nous travaillons pour que vous soyez fiers de votre CV, qu’il vous aide à raconter votre histoire et contribue à votre rayonnement professionnel et tout ceci à travers une plate-forme réalisée aux petits oignons :). Pas simple n’est-ce pas ?

2007

Cette année-là, le développement technique de DoYouBuzz n’a même pas commencé. Nous y croyons cependant dur comme fer et nous annonçons son lancement prochain (au final, on se sera planté de 3 mois, pas trop mal !). Nous avions donc créé une page invitant les internautes à laisser leur adresse email pour être prévenu de la date de sortie du service.

Nous n’avons pas encore d’illustrations à montrer, seulement un texte expliquant les objectifs de la plate-forme et quelques chiffres qui venaient étayer notre argumentaire. Avec cette page, qui est restée en ligne 9 mois (une belle gestation), nous parvenons à récolter environ 2 000 mails. Aujourd’hui cela paraît peu mais à l’époque nous étions plutôt contents.

2008

Attention, ça peut piquer les yeux… Soyez compréhensifs, ça date de 2008 ;).

C’est après 6 mois de développement que la plate-forme est lancée en version beta. Un vrai soulagement et une vraie fierté.

Cette première page d’accueil est très chargée. Il y a un nombre d’informations impressionnant sur un espace relativement réduit. A l’époque, nous sentions le besoin d’expliquer l’ensemble des raisons pour lesquelles nous invitions le candidat à créer son CV avec DoYouBuzz. Il faut se rendre compte qu’en 2008, parler de CV en ligne n’est pas très simple. Il fallait évangéliser.

Pour l’anecdote, nous nous étions aperçus qu’une autre startup avait presque entièrement copié notre page d’accueil. Finalement, cette version n’était peut-être pas si mal pour l’époque.

Les plus attentifs noteront que nous promettons des fonctionnalités à venir qui, huit ans plus tard, ne sont toujours pas là. Depuis, nous avons arrêté de faire des promesses !

2009

Là, on a fait très fort ! Avec une structure de page équivalente, on parvient à ajouter encore plus de texte que sur la version précédente ! Vous remarquerez que les témoignages utilisateurs et experts RH font leur apparition pour convaincre le futur utilisateur des bénéfices de notre plate-forme. Le bouton d’action est quant à lui repositionné au centre de la page pour mieux transformer.

Ha oui ! On a failli oublier ! Johanna Castelli, notre égérie, fait pour la première fois son apparition sur DoYouBuzz. Nous n’avons pas osé utiliser George Abitbol que nous vénérons pourtant…

2010

Là, on assiste à la première vraie refonte de notre page d’accueil. Le visuel prend davantage de place et devient central. Le menu a complètement été remanié. Ce que nous ne voyons pas sur cette image ce sont les 4 slides qui défilent les unes après les autres pour illustrer 4 arguments forts.

On a encore pas mal de texte mais celui-ci est calé sous la ligne de flottaison. Il permet de nous concentrer sur le design et la personnalisation du CV. Le bouton d’action quant à lui tient une place beaucoup plus importante. Nous avons même testé le “Golden Button”, mais son impact sur la transformation n’a pas été suffisant.

De cette version, on se souvient surtout des débats concernant la barre de log in positionnée en haut de la page. Ça ne paraît pas comme ça mais rien que cette petite chose a suscité pas mal de discussions au sein de l’équipe : “Devrait-on intégrer le formulaire de log in à droite du visuel et supprimer cette barre ? Faut-il la mettre sur un fond noir pour la distinguer du reste de la page ? Faut-il y insérer le changement de langue FR/US ? Doit-on répéter le logo DoYouBuzz ?”.

2012

Là, on peut dire qu’on a réussi à simplifier le discours. Les 400 000 utilisateurs acquis à l’époque nous rendaient certainement plus confiants. D’ailleurs nous commençons à mettre cet atout en avant. Nous n’avions plus besoin d’utiliser 36 arguments différents pour convaincre... Nous avons donc pu diviser le texte par 1 000… à peu de chose près.

Vous constaterez également l’arrivée et la mise en avant de nos services dédiés aux professionnels en bas de page (DoYouBuzz Campus et DoYouBuzz Showcase notamment).

2014

Nouveau code, nouvelle ergonomie, nouvelle page d’accueil ! Là c’est la V2, il faut envoyer du steak ! Pour ce faire, nous intégrons une grosse photo qui met en scène la plate-forme genre “Johanna fait son CV”.

Dolu qui valide les photos.

Pour l’occasion nous sommes partis faire une petite séance photo à la Cantine de Nantes. Dolu, webdesigner de son état, faisait les tests en direct pour vérifier que l’exposition, le contraste et le cadre collaient parfaitement. Pas simple…

En dehors de cette photo, on constate que la page fait maintenant 3km de long. Ce parti pris nous a permis de remettre en avant les témoignages utilisateurs et nos différents arguments. Le formulaire d’inscription est directement intégré à l’écran d’accueil pour réduire le nombre d’étapes dans le processus d’inscription.

2014 (septembre et octobre)

On a failli oublier cette version qui n’a pas fait long feu (2 mois seulement !). Après quelques échanges avec des personnes de notre réseau, nous nous sommes aperçus que peu d’entre elles parvenaient à se figurer l’objet du service. Le visuel ne mettait pas suffisamment en avant le CV.

Nous avons donc pris note de ces remarques et nous avons décidé de mettre en avant le CV et de placer DoYouBuzz comme étant une plate-forme de création de CV multi-format. Nous avons donc illustré le CV Web, le CV papier et le CV mobile (sur un Windows Phone… nan mais je te jure…).

L’A/B testing réalisé ensuite, nous a montré que nous avions bien fait d’écouter ces quelques retours car cette nouvelle version est parvenue à damer le pion à la précédente. Le résultat était très clair : +21,24% de transfo !

2015

Wow ! Là y a du changement. C’est simple, court et efficace ;).

Nous sommes parvenus à ce résultat en mettant en concurrence 8 pages différentes sur une période de 2 mois.

A/B testing de notre homepage. “Dark Form PDF”, notre home actuelle, se détache nettement

Les chiffres montrent que les écrans intégrant des témoignages utilisateurs (testimonials) présentaient de moins bons résultats en terme d’inscription. Il est cependant important de noter que les utilisateurs qui passaient par ces mêmes pages étaient ensuite davantage séduits par notre offre Premium (non, non, notre réflexion ne s’est pas du tout complexifiée…).

Ce test nous a également permis de conclure que les pages d’accueil les plus légères (sans défilement vertical) offraient quant à elles les meilleurs résultats en termes de création de compte. C’est ainsi que la version que vous visualisez ci-dessous, la “dark form PDF” (notre page d’accueil actuelle) nous a permis d’améliorer une nouvelle fois notre taux de transformation d’environ 20%. Pas mal, non ?

Ce qui est amusant quand on retrace l’historique de ces pages d’accueil, c’est de voir à la fois l’évolution graphique, mais aussi le rythme des évolutions qui s’accélère ces derniers mois, ainsi que les raisons qui nous ont poussé à la faire évoluer : autrefois motivées uniquement par la lassitude des anciens visuels et l’inspiration du moment, aujourd’hui basées sur un mélange d’intuition et de pilotage par la donnée.

L’art de la page d’accueil est encore loin d’être maîtrisé de notre côté, mais nous pensons avoir fait un petit bout de chemin. Nous avons 1000 idées pour aller encore plus loin, mais pour le moment nous sommes concentrés sur une nouvelle version de l’éditeur de CV. On vous en dit plus très prochainement :).


L’évolution de la page d’accueil de DoYouBuzz was originally published in Blog DoYouBuzz on Medium, where people are continuing the conversation by highlighting and responding to this story.

Voir l'article
Nouveauté sur DoYouBuzz : Protégez les coordonnées de votre CV
10 févr. 2017

Des coordonnées accessibles & sécurisées

DoYouBuzz, en tant que CV en ligne ou page professionnelle, doit servir à initier des conversations — que ce soit avec des recruteurs, des clients ou des partenaires. Il est donc primordial que n’importe qui puisse vous contacter sans pour autant posséder de compte DoYouBuzz.

Or, les coordonnées sont des données sensibles, et nous sommes conscients que tout le monde n’est pas à l’aise avec l’idée de les diffuser publiquement. Pour cette raison, nous avons fait évoluer le module de contact afin de vous permettre de cacher ces informations derrière une adresse email ou un numéro de téléphone de redirection. De cette manière, vous pouvez maintenant être contacté facilement sans pour autant divulguer vos coordonnées personnelles.

Une adresse mail antispam by DoYouBuzz

Chaque utilisateur peut maintenant activer une adresse mail du type walter-white@doyoubuzz.io sur son CV. Cette dernière redirigera automatiquement les messages vers votre adresse personnelle après qu’ils aient été préalablement passés à la moulinette de notre antispam.

Notre souhait : vous débarrasser des messages désagréables de travail à domicile ou de sollicitations marketing mal avisées. Certains passent encore au travers de nos filtres, mais la mécanique ne va cesser de s’améliorer. ☺

Un numéro de téléphone de redirection

Le numéro de téléphone est sans doute l’une de vos coordonnées les plus sensibles. Aussi, afin de vous garantir une meilleure sécurité, nous vous permettons maintenant de cacher vos coordonnées téléphoniques derrière un numéro de redirection du type 0800 000 000.

De cette manière le recruteur peut vous joindre et vous avez la garantie de ne pas voir ses coordonnées alimenter une base de données non réglementaire.

Actuellement, le numéro de téléphone est payant pour les appelants. Cela nous permet de financer la fonctionnalité. Nous réfléchissons à la possibilité d’ajouter des options de numéro avec appel gratuit.

Comme toujours, si vous souhaitez nous faire part de vos remarques concernant cette nouvelle fonctionnalité, nous sommes preneurs !


Nouveauté sur DoYouBuzz : Protégez les coordonnées de votre CV was originally published in Blog DoYouBuzz on Medium, where people are continuing the conversation by highlighting and responding to this story.

Voir l'article
Imprimez votre CV comme un pro, DoYouBuzz s’occupe de tout !
10 févr. 2017

Pour ceux qui souhaitent envoyer leur CV papier de bonne qualité, DoYouBuzz propose désormais de l’imprimer pour vous avec le design de votre choix.

Nous avons eu beaucoup de bons retours sur nos designs de CV PDF, malheureusement l’impression domestique ne permet pas un résultat idéal.

Les couleurs sont tantôt moins belles que sur l’ordinateur, tantôt trop foncées, la police trop claire et il y a quelques problèmes de marge ou de décalage à l’impression.

C’est pour cela que désormais DoYouBuzz vous propose un service d’impression pour vos CV print.

DoYouBuzz se charge pour vous d’envoyer votre CV chez un imprimeur qui l’imprimera sur un papier 135g. Nous nous chargeons de vous envoyer votre commande chez vous.

Dites au revoir aux problèmes d’impression, de papier, de marge ou de couleurs !

Le tarif de base sera de 0.96€ par page (+ les frais de ports).

Pourquoi ce service ?

Posséder son CV imprimé sur un papier de qualité, c’est tout simplement avoir le bénéfice d’une candidature professionnelle. Oubliez le CV noir et blanc froissé, candidatez avec un CV bien imprimé !

Celle-ci pourra vous être utile lors de dépôts de CV en main propre, lors d’un entretien ou encore pour les utiliser lors de forums de l’emploi.

Grâce à ces impressions, nous assurons également la mise en valeur de nos designs.

Nous souhaitons également élargir les services proposés par DoYouBuzz, pour vous offrir une expérience optimale.

Cette nouveauté est disponible dans la rubrique services du site.

Comme d’habitude, si vous souhaitez nous faire part de vos remarques concernant cette nouvelle fonctionnalité, nous sommes preneurs !


Imprimez votre CV comme un pro, DoYouBuzz s’occupe de tout ! was originally published in Blog DoYouBuzz on Medium, where people are continuing the conversation by highlighting and responding to this story.

Voir l'article
Comment Arnaud a retenu l’attention des recruteurs en remaniant simplement son CV ?
10 févr. 2017

Comment Arnaud a fait de son CV
un différenciateur
dans sa recherche d’emploi

Témoignage d’un utilisateur de DoYouBuzz dont la refonte du CV l’a aidé à trouver le job qu’il cherchait

Lundi 9h. Après un bon week-end, l’ouverture de la messagerie est toujours pour moi une source ambigüe d’excitation et d’appréhension : “Qu’est-ce que mes courriers me réservent ?”.

Et voilà que je tombe sur un message d’Arnaud, un de nos utilisateurs qui dit en substance : “ Merci DoYouBuzz. Votre service m’a permis de faire un joli CV et de trouver un travail rapidement ”.

Voilà qui fait plaisir et me donne envie d’en savoir plus. Ni une ni deux, je remercie à mon tour Arnaud pour ce chaleureux feedback et lui fait part de ma curiosité pour en savoir davantage. Il accepte de me raconter comment son nouveau CV lui a permis de décrocher le job qu’il voulait.

Récit de son histoire.

Extrait des premières versions de CV sous Word d’Arnaud

Rien à redire en première lecture, le CV d’origine d’Arnaud présente correctement son expérience. Oui mais voilà, Arnaud nous explique : “Je n’arrivais pas à me distinguer avec ce CV. Je passais l’essentiel de mon temps à tester des améliorations sur la forme sans parvenir à me concentrer sur le fond. Et comme je ne suis pas spécialement graphiste et que Word n’est pas réellement un outil d’artiste, je perdais mon temps sans amélioration notable”. Il complète : “J’avais beau télécharger des modèles de CVs qu’on trouve sur internet, mes recruteurs potentiels ne semblaient pas plus convaincus que moi du résultat !”.

Par chance, Arnaud est nantais d’origine (ndlr : DoYouBuzz est installée à Nantes). Un jour qu’il recherche des entreprises sympa (!) dans la région il tombe sur nous. D’abord sceptique compte-tenu du temps qu’il a déjà investi sur son CV, il tente l’expérience. Arnaud commence simplement par ressaisir stricto sensu le contenu de son CV d’origine ce qui le convainc assez vite. Il explique : “J’ai commencé en quelque sorte à remplir les cases du CV. J’étais guidé et je voyais le CV se remplir sous mes yeux sans que je n’ai à me soucier ni des problèmes de mises en pages, ni des informations nécessaires ou pas à ajouter”.

Extrait de l’interface de saisie DoYouBuzz

Arnaud ajoute : “en une demi heure, j’ai pu avoir une première version dont l’impact visuel n’avait déjà rien à voir avec mon premier CV, j’ai testé quelques designs proposés par l’application et très vite, je me suis enfin mis à améliorer le contenu de mon CV”. “Une fois la version française réalisée, j’ai souscrit à votre service payant pour avoir une deuxième version anglaise et un export au format PDF que je souhaitais. Je suis revenu à l’offre gratuite après quelques mois, quand j’ai trouvé le job que je cherchais et je sais que je peux réactiver l’offre payante quand je veux.”

Nouveau CV d’Arnaud utilisant un des designs PDF de DoYouBuzz

Il me reste un peu de lucidité et je demande à Arnaud en quoi ce changement l’a aidé à trouver un job. Voilà sa réponse : “Les recruteurs reçoivent un nombre incalculable de CVs. Avant de s’intéresser au fond, ils font un tri en quelques secondes. Avant, mon CV ne passait que rarement cette première étape. Avec cette refonte, j’ai été reçu à de nombreux entretiens et dans ⅔ des cas, les recruteurs m’ont demandé comment j’avais fait un CV pareil !”.

Avant de terminer l’entretien, Arnaud nous dit que le service serait encore meilleur s’il était possible de mettre en forme la version PDF du CV aussi facilement que la version Web et notamment mieux gérer les paginations. C’est noté ! Pas de promesse mais ça discute dur chez nous pour vous livrer ça prochainement.

A suivre …


Comment Arnaud a retenu l’attention des recruteurs en remaniant simplement son CV ? was originally published in Blog DoYouBuzz on Medium, where people are continuing the conversation by highlighting and responding to this story.

Voir l'article
Comment Benjamin, développeur freelance, a fait de son CV une cash machine
10 févr. 2017
Extrait du CV de Benjamin

“La valeur n’attend pas nécessairement le nombre des années”. Si Benjamin, 25 ans, se décrit sur son CV comme “Développeur Web Freelance — Symfony2 / Symfony 1.4 — NodeJS” c’est en réalité un sacré businessman.

Benjamin a initialement créé son CV pour répondre un peu comme tout le monde, aux demandes que lui faisaient ses interlocuteurs d’avoir le précieux sésame. En voyant celui d’une amie, il trouve plus intelligent d’utiliser DoYouBuzz “pour faire un CV qui a une autre tête qu’un banal CV word”.

Pour le réaliser, Benjamin prend son temps, plusieurs semaines. Il rédige une première version puis l’affine patiemment encore et encore. Il “ajoute des compétences, remanie les textes, cherche et trouve les bons mots” jusqu’à obtenir un référencement quasi parfait sur les mots et expressions tapés sur Google.

Comment procède-t-il ?

Benjamin achète des mots clés sur Google AdWords, analyse ceux qui fonctionnent le mieux et ajuste en conséquence ses annonces payantes ainsi que les termes utilisés sur son CV DoYouBuzz. A la clef, un double référencement payant et naturel qui fait mouche dans un nombre incalculable de cas.

Extrait des résultats obtenus sur une recherche Google

Pour quels résultats ?

Benjamin reçoit plusieurs dizaines de demandes de prestations par semaine ! Des prospects en quantité qu’il sélectionne minutieusement selon ses besoins financiers du moment et ses désirs. Concrètement, entre 15 et 50k€ de CA / mois.

Pour beaucoup de gens qui le contactent, Benjamin est un indépendant. En pratique, il utilise son CV comme un générateur de business qu’il distribue à son réseau en prenant sa commission d’apporteur d’affaires ou pour ses propres sociétés et start-up qu’il développe par ailleurs depuis New York où il réside.

Impressionnés, nous lui demandons s’il pense que n’importe qui peut en faire autant ?

Sa réponse : “Bien entendu, tout le monde peut appliquer cette démarche quelque soit son métier et transformer son CV Premium DoYouBuzz en un extraordinaire levier commercial”. Il met néanmoins quelques bémols : “Il faut être patient. Investir sur AdWords, et avoir un business qui permet de rentabiliser plusieurs centaines d’euros d’achat de mots clés par mois”.

L’entretien se termine et quand Benjamin nous dit “ça fait vraiment plaisir d’utiliser DoYouBuzz, vous avez une super plateforme et j’ai souscrit à l’offre Premium jusqu’en 2019” je vous avoue qu’on bombe un peu le torse ;)


Comment Benjamin, développeur freelance, a fait de son CV une cash machine was originally published in Blog DoYouBuzz on Medium, where people are continuing the conversation by highlighting and responding to this story.

Voir l'article
Les recettes du recrutement chez Google
16 avr. 2015

Dans deux livres récemment publiés, How Google Works et Work Rules!, des Googlers de première ordre (dont l’ex-CEO Eric Schmidt) livrent de nombreux détails sur leur philosophie et méthodologie de recrutement.

Evidemment, une immersion dans les pratiques d’un maître de l’innovation comme Google ne pouvaient pas nous laisser indifférents ! Voici quelques morceaux choisis.

Qui sont les “smart creatives”?

Pour essayer de résumer les compétences et traits de caractères de ses salariés, Google a inventé le terme de smart creative.

Il s’agit d’une personne passionnée, qui possède une énergie créative et cherche constamment des solutions aux problèmes qu’elle rencontre. Ses connaissances et compétences ne sont pas uniquement liées à la technique (bien que cela soit indispensable) car elle doit également connaître de manière intime les besoins des utilisateurs. Un smart creative est aussi un maker, quelqu’un qui fait les choses, qui ne fait pas que réfléchir mais qui avance concrètement, qui prend des décisions de lui-même et qui n’a pas peur de l’échec.

Avec ce portrait d’un “salarié idéal”, Google ne recherche pas forcément les meilleurs, mais ceux qui correspondent le mieux à son environnement. On s’attache ici à l’attitude et aux valeurs personnelles autant qu’à la compétence technique et à l’intelligence.

Recruter des personnes qui ont soif d’apprendre

Google est bien placé pour le savoir : le monde évolue vite, et personne ne peut prédire de quoi sera fait l’avenir. Les compétences et connaissances d’aujourd’hui seront dépassées dans quelques années. Pour cette raison, il est indispensable de recruter une personne qui aime apprendre.

L’expression utilisée dans How Google Works est “hire learning animals”, comme si l’apprentissage devait être ancré dans le cerveau reptilien des futures recrues.

“Anyone who stops learning is old, whether at twenty or eighty. Anyone who keeps learning stays young.” — Henri Ford

Cette vision se traduit dans une recommandation que l’on retrouve assez rarement dans les habitudes des recruteurs : “ne recherchez pas l’excellence technique, préférez l’intelligence”. Aussi, il est inutile de rechercher dans le parcours du candidat une expérience similaire à celle pour laquelle il est recruté — pratique contre-intuitive pour la majorité d’entre nous.

“Hire [your employees] not for the knowledge they possess, but for the things they don’t know yet.” — How Google Works

Recruter des personnes, pas des bouches trou

Faut-il recruter des personnes qui correspondent exactement au rôle qu’on attend d’eux, ou bien faut-il voir au-delà de la fiche de poste ? Evidemment, pour Google la réponse est toute trouvée : les capacités d’adaptation et l’intelligence priment sur la conformité du candidat à un besoin exprimé.

En effet, un recrutement correspond à un besoin précis, à un instant t, mais les besoins de l’entreprise évolueront, et les compétences attendues par les salariés également. Inutile, donc, de vouloir se conformer à tout prix au besoin attendus par l’entreprise.

Au fait, le candidat est-il… intéressant ?

Google appelle ça le “LAX” test, du nom de l’aéroport de Los Angeles : est-ce que vous auriez envie de passer plusieurs heures avec cette personne si vous étiez bloqués tous les deux dans un aéroport ?

Il ne s’agit pas forcément d’être en accord avec cette personne, mais bien d’avoir une conversation intéressante, sur n’importe quel sujet. Si vous avez des points de vue opposés sur un sujet mais que vous êtes capable d’en parler et d’avoir une discussion argumentée et créative, l’entreprise bénéficiera de cet échange de point de vue.

Travailler avec des gens qu’on n’aime pas…

Attention, cependant, trouver un candidat intéressant ne veut pas forcément dire que vous pourriez être ami avec lui. Google pousse même le vice jusqu’à affirmer qu’il est nécessaire de travailler avec des gens qu’on n’aime pas pour favoriser la multiplicité des points de vue.

“You must work with people you don’t like, because a workforce comprised of people who are all “best office buddies” can be homogeneous, and homogeneity in an organization breeds failure. A multiplicity of viewpoints — aka diversity — is your best defense against myopia”
— How Google Works

Des entretiens menés par les futurs subalternes

De manière assez traditionnelle, lorsqu’un candidat passe des entretiens chez Google, il rencontrera son futur manager et ses futurs collègues, mais il pourra aussi être interrogé par les personnes qui travailleront sous ses ordres — une manière de juger rapidement de ses capacités de leadership.

“We find that the best candidates leave subordinates feeling inspired or excited to learn from them.”
Work rules!

Autre processus d’entretien peu conventionnel : celui mené par une personne d’un département qui n’a rien à voir avec le département du candidat (par exemple un juriste interrogera un commercial). Cela facilite l’évaluation de la personnalité et non des compétences.

https://medium.com/media/c80966c893ce768790e73374d8fcff86/href

Le recrutement, l’affaire de tous

Pour Google (comme dans beaucoup de sociétés, bien heureusement), le recrutement est une activité vitale dont dépend l’avenir de l’entreprise.

Malgré son aspect chronophage et son absence de bénéfice direct, l’activité de recrutement ne doit pas être déléguée à d’autres ou au ressources humaines, c’est même l’activité principale d’un manager, et l’affaire de tous.

“Hiring is the most important thing you do”
- How Google Works

Ce qui est fascinant dans le fonctionnement du recrutement chez Google, c’est à la fois la technicité de leur approche et leur vision à long terme, où l’intelligence et l’adaptabilité sont les qualités les plus valorisées.

On le sait : Google voit loin et veut changer le monde. Pour cela, l’entreprise a besoin de personnes intelligentes et capables de s’adapter, alors que la compétence précise semble presque secondaire… A l’heure où Google inquiète de plus en plus, de par sa position dominante et ses investissements sur des sujets très variés et disruptifs, le plus effrayant n’est-il pas de voir à quel point ils se projettent dans l’avenir mieux que toute autre entreprise de cette taille, et de constater que leur arsenal technologique, méthodologique, et leur philosophie de recrutement sont alignés pour changer le monde ? Effrayant… ou fascinant ?

Pour en savoir plus : How Google Works de Eric Schmidt et Jonathan Rosenberg, Work Rules! de Lazlo Block.


Les recettes du recrutement chez Google was originally published in Blog DoYouBuzz on Medium, where people are continuing the conversation by highlighting and responding to this story.

Voir l'article
Comment retrouver rapidement un job après une longue coupure en Nouvelle-Zélande ?
01 avr. 2015

Comment Gaëlle a préparé
son retour professionnel depuis
la Nouvelle-Zélande ?

Chef de projet globe-trotteuse, Gaëlle Cojean nous explique comment, alors qu’elle est partie se ressourcer en Nouvelle-Zélande pour un road-trip de plusieurs mois, elle a préparé son retour professionnel en France.

Gaëlle, peux-tu nous placer dans le contexte ?

Après 2 ans et demi en tant que chef de projet web à Paris, j’ai eu l’impression d’avoir fait le tour dans mon agence et j’ai eu envie de changer.

Et comme j’ai toujours regretté de ne pas être partie à l’étranger pendant mes études (ni Erasmus, ni stage international…), je me suis dit qu’à 27 ans il était encore temps de sauter le pas.

J’ai donc choisi la Nouvelle-Zélande pour couper complètement du quotidien parisien et voir autre chose le temps d’une belle pause à l’autre bout bout du monde. C’était un moyen de voir si j’étais capable de vivre loin, dans des conditions rudimentaires (7 mois à vivre à 2 dans un van sans salle de bain, toilettes ni cuisine, c’est parfois difficile !) et aussi d’améliorer mon niveau d’anglais.

Là-bas, j’ai surtout voyagé, découvert le pays du nord au sud, d’est en ouest.

Histoire de financer un peu mon voyage, j’ai occupé un travail saisonnier quelques semaines. Le seul but était de gagner de l’argent donc je n’ai pas cherché à m’enfermer dans un bureau. J’ai mis des kiwis dans des cartons en équipe de nuit.

J’ai aussi fait du HelpX : j’allais chez des locaux, qui m’hébergeaient et me fournissaient les repas pendant une période donnée (une à plusieurs semaines), en échange de quelques heures de travail par jour pour eux. C’était un moyen de faire de jolies rencontres, et de faire des activités que je n’aurais pas eu l’occasion de faire autrement : je suis maintenant spécialiste du basilic ou autres herbes aromatiques, j’ai donné le biberon à des agneaux, fait des crêpes sur un marché, cueilli avocats et oranges… Ça change de la gestion de projets web, mais c’était le but de cette aventure !

Quelle a été ta stratégie de recherche d’emploi ?

Alors que la date de retour en France était fixée, j’ai commencé par activer mon réseau. J’ai prévenu mes contacts persos et pros de mon retour, et leur ai demandé de me faire signe s’ils entendaient parler d’une opportunité. J’ai aussi mis tous mes profils pro à jour : LinkedIn, Viadeo… Après la mise à jour de mon CV, j’ai commencé à répondre à quelques annonces.

Sachant que je n’étais pas bien équipée sur place (réseau faible, pas de logiciel de PAO…), j’ai repris mon CV DoYouBuzz que j’avais fait il y a quelque temps et j’ai réalisé quelques modifications. DoYouBuzz était parfait pour gagner du temps, avoir une version claire, rapide et correctement présentée.

J'ai indiqué mon voyage en Nouvelle-Zélande pour justifier la période “vide” depuis mon dernier contrat. J’en ai fait un argument de poids pour la pratique de l’anglais. Je n’ai cependant pas mis de nouvelles compétences. J'aurais voulu mettre les connaissances en herbes aromatiques ou en élevage d'agneaux, mais je n'ai pas voulu exagérer ;). J’ai également présenté mon ressenti sur cette expérience néo-zélandaise dans ma description, et je l'ai orientée comme étant la recherche d’un nouveau départ.

Ensuite, le voyage m’ayant permis de prendre du recul sur ce que je voulais faire ou ne pas faire par la suite, j’en ai profité pour supprimer des expériences que je ne souhaitais plus valoriser, pour en mettre d’autres en avant.

DoYouBuzz m’a également aidé à bien référencer mon profil sur les moteurs de recherche. En général, c’est le premier résultat qui sort lorsqu’on tape mon nom (ce qui est positif si un employeur potentiel fait des recherches sur moi).

Au-delà du référencement, je me suis servie de DoYouBuzz pour exporter facilement mon CV vers des jobboards. Sans autre démarche de ma part, j’ai ainsi été contactée régulièrement par des recruteurs (cabinets de recrutement et entreprises).

Les propositions reçues suite à l’export de ton CV étaient-elles intéressantes ?

J’ai été contactée 5 ou 6 fois le jour même et dans le courant de la semaine via Cadremploi et Monster. Les propositions étaient toutes cohérentes et intéressantes sauf une mais cela était lié à l’intitulé de mon CV similaire au profils qu’ils recherchaient : je suis chef de projet digital dans la création de supports en ligne, on m’a contacté pour être chef de projet digital dans la gestion de campagnes publicitaires en ligne.

J’ai quand même rencontré la personne et au final mon profil l’intéressait tout de même donc ce n’était pas si incohérent. Ça a finalement permis d’ouvrir une porte à laquelle je n’avais pas pensé auparavant (même si je n’ai pas accepté le poste à la fin).

Comment s’est passé la prise de contact ?

Ça s’est fait par téléphone et par mail. Les cabinets de recrutement prennent d’abord contact par téléphone mais les entreprises qui recrutent ont plutôt eu tendance à m’envoyer un mail. La démarche reste la même cependant : ils font d’abord le point sur ma situation en cours. Puis, ils décrivent leurs besoins pour confirmer que ça peut correspondre à mon profil.

Quels sont les éléments qui ont fait la différence dans ton CV ?

Principalement 2 choses :

  • Les trois années d’expérience qui me différenciaient des nombreux jeunes diplômés qui postulent pour le même type de poste.
  • L’addition des compétences en communication (via ma formation) et le bagage technique (acquis lors de mon premier poste).

Alors que tu as trouvé un boulot, pourquoi conserves-tu ton CV DYB ?

Il est là pour le référencement de mon profil principalement, et il sera prêt le jour où j’en aurai besoin.

On n’est jamais à l’abri d’une opportunité donc si quelqu’un souhaite me contacter pour une offre professionnelle, mes coordonnées restent accessibles !

Que conseillerais-tu aux autres globe-trotteurs pour préparer leur retour en France ?

D’abord de ne pas y penser tant que ce n’est pas le moment. Le but du voyage est de couper, de voir autre chose et de profiter de la vraie vie ☺

En m’y mettant 2 ou 3 semaines avant le retour, ça a suffi. Je suis rentrée le 31 décembre, j’ai passé une série d’entretiens autour du 10 janvier, le 22 janvier j’avais une proposition que j’acceptais. J’ai commencé le 10 février donc tout est allé très vite.

Ensuite, il ne faut pas cacher son voyage. J’en ai beaucoup parlé pendant mes entretiens. Dans mon type de boulot, l’analogie est facile : au-delà de la preuve d’ouverture d’esprit, voyager c’est aussi savoir se débrouiller, organiser un budget, un planning, remplir des objectifs… Et la pratique quotidienne de l’anglais est aussi un atout.

J’ai donc valorisé tout ça.
Et le “trou” sur mon CV s’est transformé en force.

Aurais-tu des astuces à partager aux autres utilisateurs de DoYouBuzz ?

J’ai surtout un top 3 en tête pour l’instant :

  • mettre à jour son CV régulièrement ! Comme ça, quand on y revient, tout est prêt, c’est rapide !
  • partager son CV sur les jobboards pour optimiser sa visibilité
  • choisir un intitulé de CV clair mais assez large afin de maximiser les chances de contact.

Comment se passe ton nouveau boulot ? En quoi consiste ton travail ?

Je travaille de nouveau dans la gestion de projets web mais en agence de publicité maintenant. J’étais auparavant dans une agence de développement.

Je gère des campagnes de pub pour de grands groupes : de l’idée au déploiement, je gère une équipe de production, les échanges avec le client, un budget, un planning…

Ce nouveau poste répond aux attentes que j’avais. J’ai comblé les manques que j’avais dans mon ancien poste donc je ne peux avoir aucun regret ! Si ce n’est celui d’être rentrée car c’était bien aussi la vie au bout du monde !

Nous remercions sincèrement Gaëlle de nous avoir partagé son histoire. Nous espérons que cela vous aidera à améliorer vos techniques de recherche d’emploi.

Si vous avez une histoire similaire qui vous a permis de trouver un emploi n’hésitez pas à nous la partager ! Cela nous permettra soit d’améliorer le produit soit d’aider d’autres candidats. Envoyez vos témoignages à julien@doyoubuzz.com

Crédit photo : StartupStockPhotos


Comment retrouver rapidement un job après une longue coupure en Nouvelle-Zélande ? was originally published in Blog DoYouBuzz on Medium, where people are continuing the conversation by highlighting and responding to this story.

Voir l'article